L’usine à petits pots #mamantravaille

DSC_0406

Depuis avril, le Poc est en crèche familiale. A cause de ses allergies, on fournit ses repas à l’asssistante maternelle qui le garde et par facilité, il mange des purées. Je cuisine donc tous les 15 jours des petits pots en quantité industrielle. Vas trouver, toi, des petits pots complets sans plv / gluten / boeuf / veau / oignon / ail et j’en passe…. c’est mission impossible!

En puériculture, on nous vend UN indispensable que chaque parent-qui-veut-le-meilleur-pour-son-enfant se doit de posséder : le babycook ou ses confrères d’autres marques. Nous, on a décidé de faire avec ce qu’on avait : notre cocotte minute et notre robot-mixeur familial.

Tous les 15 jours, après notre passage à l’AMAP, je procède ainsi :

  • Je trie mes légumes et fruits, je les lave / épluche / coupe en morceaux et je les répartis dans des saladiers.
  • Je cuis indépendamment chaque ingrédient à la vapeur à la cocotte minute.
  • Je cuis les féculents à part : semoule de maïs, riz, pois chiches de temps en temps, patate douce… on évite la pomme de terre qui a une texture beuuuh après décongélation et bien sûr dans notre cas on évite le gluten. (et on évite la banane aussi… une fois décongelé c’est immangeable!)
  • Je fais mes mélanges : 1/3 de féculents + 2/3 de légumes + 1 cuillère à soupe d’huile de colza pour 200gr. Je mixe avec notre robot familial des quantités allant jusqu’à 1kg.
  • Je remplis mes pots, j’étiquette, j’attends que ce soit froid et je congèle

DSC_0409

Et les protéines dans tout ça? Au début, je les incorporais aux pots mais j’ai trouvé beaucoup plus simple! Je cuis de temps en temps un morceau de viande à la vapeur, puis je le mixe et je fais mes “doses” de 20gr dans des bacs à glaçon! Une fois congelé, je les démoule et les mets dans des sachets congélation.

Chaque soir je prépare les repas du lendemain en 10 sec : je sors 1 purée, 2 petites compotes et je pioche 1 “protéine” dans un des sacs. Je mets le tout au frigo pour que ce soit décongelé pour le lendemain matin et zou! Ca me permet de varier ses menus et de toujours avoir ce qu’il faut pour les repas du midi et du soir.

DSC_0415

On a dû réorganiser le congélo, le Poc a désormais son compartiment à lui, on voit en un coup d’oeil où on en est. Je stocke dans des pots Avent recouverts de papier alu (car je n’ai pas acheté les couvercles en plus), dans des récipients exprès pour la congélation ou dans des petits pots en verre (ou des pots de confiture). J’avais un peu peur de l’aspect liquide ou plein d’eau des aliments décongelés mais ce n’est pas le cas : le riz ou les féculents qui épaississent? Juste un coup de chance?

 Et vous, vous faites comment? Quelles sont vos astuces?

le bébé vertical (où on cause allergies)

111

Quand tu as un bébé, il faut que tu le saches : au moindre petit mal dont souffrira ton enfant, tu entendras pendant 3 mois “c’est les coliques” puis “c’est les dents“. Pour tout. Tout le temps.

Je crois que tout a commencé quand il avait 3 semaines. Je me souviens avoir prononcé le mot “reflux” chez le médecin, je me souviens des granules d’homéopathie pour son ventre gonflé et douloureux, je me souviens surtout d’avoir arrêté les produits laitiers “purs” pour mon REF et que tout s’est subitement calmé. C’est notre premier enfant, je me rappelle surtout ne pas avoir été vraiment écoutée.

Je me souviens du mois d’octobre et des premiers jours de novembre, de ces longues journées sans pouvoir le poser, des micro siestes sur moi, des longues heures à le bercer, des hurlements pendant son sommeil, de ce bébé qui passait du rire aux larmes de douleur, qui se jetait en arrière, de mon épuisement tant il était demandeur. Je me souviens avoir dit “j’ai l’impression qu’il a comme un bruit de fond qui le dérange en permanence“. Je ne parvenais pas à manger le midi, je n’arrivais pas à le laisser sur le dos, le ventre, le côté, mon bébé voulait être contre moi, en écharpe, vertical et il n’y avait que comme ça qu’il était bien. Je ne parle pas des nuits…

Et puis, sur les bons conseils de mon amie blonde qui est passée par là avec son adorable BBB, j’ai ôté toutes les protéines de lait de vache (nos amis les PLV) de mon alimentation, le poc étant à 100% allaité. J’ai appris à lire les étiquettes, à faire attention à tout, tout le temps. En 3 jours les 1ers résultats étaient là, en 15 jours j’avais l’impression d’avoir un autre bébé à la maison. Plus de vomissements ni de diarrhées, certes, mais surtout un bébé que je peux poser, un bébé détendu, qui joue tranquillement sur son tapis, un bébé… normal? Le premier “fail” a confirmé le diagnostic : 3 heures de pleurs, des vomissements, des couches explosives… il n’y avait plus de doute. J’ai continué l’éviction très stricte et mon petit bonhomme a changé du tout au tout. Cette éviction nous a permis d’identifier assez vite les autres aliments qu’il supportait mal : le boeuf, le veau, le chocolat, le soja puis l’oeuf.

Peu de temps avant noël j’ai remarqué quelques petits boutons dans son cou. En 2 jours il était entièrement recouvert d’eczéma : la tête, le dos, le torse, les bras, les jambes dans une moindre mesure… les plaques sur son visage enflaient dès qu’il tétait et pourtant mon médecin était sceptique quand je lui ai parlé de ses allergies alimentaires. Elle pensait à l‘intolérance au lactose mais cela s’arrêtait là. Sceptique, oui, mais elle m’a fait confiance en nous renvoyant vers une allergologue spécialisée dans les bébés. En attendant on a retiré de mon alimentation les suspects potentiels et en 48h la crise est passée là où les corticoïdes et les anti histaminiques étaient peu efficaces.

Le rendez-vous avec l’allergologue nous a permis de faire le point sur les aliments suspects, de commencer les tests, d’avoir des réponses à nos questions, un accompagnement. On a pu commencer la diversification en étant plus confiants (je vous en parle bientôt) et faire les tests de réintroduction des aliments suspects.

Le Poc souffre de ce qu’on appelle des intolérances alimentaires, d’allergies à effet retardé (les manifestations ayant lieu quelques heures ou quelques jours après l’ingestion). Il ne risque (à priori) pas de choc allergique en mangeant ces aliments, mais son corps réagit à leur contact avec de l’eczéma, une amplification de son rgo, des vomissements et diarrhées. La semaine dernière nous avons eu une nouvelle mauvaise surprise avec la découverte d’un outsider : l’allergie à la farine de blé ou l’intolérance au gluten, on le saura plus tard. On ne l’avait pas vu venir, le plus fou étant que l’allergo l’a testé au hasard! Cela pourrait être le point de départ de ses autres intolérances alimentaires, de la cassure nette de sa courbe de poids, du ralentissement de sa courbe de croissance.

Aujourd’hui je me prépare à arrêter l’allaitement pour préserver sa santé. L’éviction des plv, du soja, de l’oeuf ne me posaient pas autant de problèmes que celle du blé/gluten (l’allergologue me l’a d’ailleurs interdit) alors pour lui, je me résigne. Je profite de ses dernières tétées câlin, de sa petite main qui s’accroche, de ces moments rien qu’à nous.

J’espère que ce témoignage pourra aider d’autres parents… parce que même si on vous dit “c’est les coliques, les dents, la lune”, si vous sentez que quelque chose d’autre peut clocher, il se peut, aussi, que vous ayez raison.