Un bébé ça coûte cher sauf si… (3)

DSC_0097Après le sommeil et la promenade… on passe aux objets plus de quotidien.

Le quotidien

La chaise haute : ergonomique, évolutive… la chaise haute tripp trapp stokke n’a que des avantages, elle accompagne l’enfant de la naissance à l’adolescence. Un seul inconvénient, et pas des moindres : le prix. Le prix de la chaise, mais aussi de tous les accessoires qui vont avec. Elle se trouve difficilement d’occasion suivant les régions et il faut être vigilant car les anciens modèles ne sont pas compatibles avec les accessoires. On a acheté la notre dans un magasin de puériculture qui fermait et bradait tout à -30% (125€ au lieu de 179€). Il faut savoir que Stokke garantit ses chaises 7 ans, il suffit pour cela de s’enregistrer sur leur site. Le baby set (qui permet de faire chaise haute) est vendu à part et nous l’avons acheté sur leboncoin à 25€ (coussin compris) contre 49€ le set + 49€ le coussin dans le commerce.

Le transat : avec deux chats un peu pot de colle, je ne voulais pas de transat qui se pose par terre. J’avais repéré le fameux up and down de Beaba et puis nous avons acheté la chaise haute et le transat (newborn set) qui se clipse dessus est devenu une évidence. Il permet au bébé d’être à notre hauteur (hors de portée des chats et des courants d’air) et utilisé par terre il se berce seul. Là aussi le coût est élevé : 129€. Nous avons trouvé le notre sur le bon coin à 40€ avec une housse supplémentaire et il est en parfait état!

Le coussin d’allaitement : C’est plus qu’un indispensable de ma grossesse ! Je l’ai acheté au bout de 2 mois et demi car j’avais de très fortes douleurs dans les sacro-illiaques et le bassin. Après en avoir testé plusieurs mon choix s’est porté sur le Big Flopsy de Redcastle. Acheté d’occas là-aussi, 30€ sur ebay (et neuf) contre 89€ dans le commerce.

Advertisements

Un bébé ça coûte cher sauf si… (2)

DSC_0097

Après un préambule, je vous parlais précédemment du sommeil, aujourd’hui place à la promenade!

La promenade

Les écharpes : après avoir longuement hésité, et avec les très bons conseils des copines de twitter (coucou!), notre choix s’est porté sur 2 écharpes : la jpmbb et une Storchenwiege. Je ne vous ferai pas l’apologie du portage, vous trouverez de bons articles ici ou là. Vous trouverez un grand nombre d’écharpes d’occasion sur leboncoin, il y a l’embarras du choix! On nous prête la JPMBB et la Storch a été achetée en promotion sur le site de lilinappy car je voulais absolument ce modèle (et j’assume mon caprice de grossesse).

La poussette : pour tout vous dire je n’en voulais pas! Mais avec mes épaules qui se subluxent, je ne sais pas si je supporterai longtemps de porter notre bébé en écharpe, et je ne sais pas non plus si je pourrai le porter après l’accouchement. On a été très exigeants, elle devait : rentrer dans mon coffre minuscule / être facilement pliable / le hamac devait pouvoir se mettre à plat et face à nous. Nous ne voulions ni nacelle (trop encombrant et dangereux en voiture) ni cosi (mais éventuellement un siège auto qui se clipse dessus) . Mission impossible? Oui, un peu. Puis on a trouvé la Loola Up de Bébé Confort. Certes, elle est un peu lourde, mais elle remplit la majorité des critères. On l’a achetée sur le bon coin, elle est de 2012, a servi 3 mois et est en parfait état.

Le réducteur de poussette : notre poussette est déconseillée avant 6 mois. Et pour cause, elle n’est pas adaptée aux nouveaux-nés! On a trouvé la solution avec ce réducteur qui s’adapte parfaitement sur le hamac, permettant à sa tête d’être bien maintenue. Acheté là-aussi à -25% sur le site de Vertbaudet.

Le siège-auto : fourni avec la poussette, la vendeuse ne s’en est pour ainsi dire jamais servi. Bien sûr, on ne peut pas être sûr à 100% qu’il aie été bien utilisé, mais vu l’absence de rayures et son parfait état, on a choisi de lui faire confiance. Pour vous donner une idée de prix : 250€ le tout (poussette + siège auto + embase) contre 419€ pour la poussette + 169€ le siège auto + 82€ l’embase.

Un bébé ça coûte cher sauf si… (1)

DSC_0097

Comme je vous le disais hier, on a beaucoup réfléchi à ce qui nous semblait indispensable ou non pour l’arrivée de notre petit garçon. On se retrouve vite noyés sous les solutions, il a fallu faire un tri et trouver ce qui nous convenait à nous. Avant tout.

Le sommeil

Le lit : Je voulais un lit ancien, comme on en voit beaucoup sur la blogo ou sur pinterest. Mais… plusieurs raisons nous ont poussées vers le traditionnel lit à barreaux. On l’a choisi chez Ikea : le matelas se règle sur plusieurs niveaux et un côté s’enlève. Mes beaux-parents nous l’ont offert et ont fait de belles économies sans le vouloir : il était au coin des bonnes affaires à -50% pour cause de latte détachée (et vite réparée par mon beau-père bricolo). On a récupéré le matelas de notre nièce, qui par chance, faisait les mêmes dimensions que le lit !

Le couffin : là encore, je voulais un berceau mais on a préféré opter pour un couffin, plus facilement transportable pour les siestes d’appoint des premiers mois. Il sera installé dans son lit, tout contre nous pour la nuit. Je l’ai trouvé sur Vertbaudet, à -25%.

La peau d’agneau : la…quoi? Je la mets dans nos indispensables bien qu’on ne l’aie pas encore testée. Ses bienfaits sont expliqués ici si vous êtes dubitatifs. Ici on a choisi un tannage Relugan pour l’entretien plus aisé, et on l’a commandée sur Amazon.de pour ses prix imbattables.

Un bébé ça coûte cher sauf si… (Préambule)

DSC_0097

…Sauf si on reste fidèles à ses convictions :

Depuis quelques années nous avons radicalement changé nos modes de consommation. Je n’ai pas peur de dire qu’on rentre facilement dans le cliché bobobio de base : adhérents d’une grosse amap, on cuisine bio ou local (mais on mange aussi de bons plats bien industriels faute de temps), on fait nos yaourts, crèmes et gâteaux, on répare ce qui peut l’être, on coud/tricote/bricole, on fait nous même notre lessive, on utilise 3 produits d’entretien, on composte, on trie, on achète d’occasion…

Depuis notre déménagement et le tri qui s’en est précédé, ça a été le déclic! On essaye d’aller à l’essentiel en épurant les objets du quotidien.

Pour l’arrivée de notre bébé, on a souhaité rester fidèles à nos convictions. Nos sociétés nous font croire qu’on a besoin de beaucoup de choses pour accueillir un enfant (aka être un bon parent) alors on a décidé de passer au crible toute la puériculture du marché pour ne garder que ce qui nous semblait essentiel. Et ça ne s’improvise pas, surtout quand on n’y connait rien.

…Sauf si on se pose les bonnes questions :

On a d’abord fait une liste en se basant sur les catalogues de puériculture, puis on s’est demandé :

  • à quoi cela sert-il réellement et est-ce qu’on n’a pas déjà quelque chose qui peut le remplacer?
  • est ce que cela va nous être utile à nous, dans nos modes de vie?
  • combien de temps cela va être utilisé?

et si on considérait la dépense indispensable, on cherchait LE bon objet qui nous plairait, en furetant sur le net, en comparant, en questionnant les gens (et en obtenant autant de réponses que de personnes) puis on se mettait en quête de la bonne affaire.

…Sauf si on achète du matériel d’occasion :

La plupart du gros matériel et les vêtements proviennent du marché de l’occasion. Pour beaucoup de personnes le seconde main a mauvaise réputation, d’autant plus quand on parle de matériel ou de vêtements pour bébés. Big news! On peut acheter d’occas et être exigeants! J’y ai passé beaucoup de temps, je me suis créé des alertes sur les principaux sites de vente, mais tout ce qu’on a acheté est en parfait état ou a très peu servi, pour des prix dérisoires. On a aussi profité des promos (vente-privées, soldes, fermetures de magasins) pour acheter du neuf lorsque cela nous semblait nécessaire.

On aurait pu mettre le gros matériel sur notre liste de naissance, c’est vrai… mais en voyant le prix du neuf et en connaissant nos proches (= ils n’auraient pas voulu acheter de l’occasion), on a préféré le faire nous même et faire une liste de naissance un peu alternative.

Aujourd’hui on a tout ce qu’il nous faut. On n’a pas encore le recul pour savoir ce qui est vraiment indispensable ou non (mais on pourra en reparler dans quelques mois) mais je reviens vite vous dresser la liste de nos indispensables.