La migration des nombrils

DSC_0482

Elle attend son premier enfant et me raconte ses déboires au boulot. Depuis le début de la grossesse, ses collègues ne la reconnaissent plus. Elle, d’habitude discrète, qui accepte beaucoup de choses de leur part, qui pense peu à elle… est devenue louve. Elle s’impose, elle dit “non”, elle fixe des limites. Ils le vivent mal. “Ils me disent que j’ai changé. J’ai envie… non. J’ai besoin de penser à moi”.

Je souris quand elle me raconte tout cela. Depuis que nos nombrils se sont liés, j’ai changé moi aussi. Malgré moi, pour lui. Je repense à cette animalité latente, je repense surtout à ce regain de confiance en moi, à la façon dont il m’a transformé. Aujourd’hui, je suis mère et cette maternité là a décuplé mes forces. Je me suis battue pour bâtir les bases d’un futur plus serein. Aujourd’hui je me sens légitime dans mes choix, dans ma vie, je me sens au bon endroit au bon moment. Si ce n’est pas le cas, je dis stop. Je dis non. J’arrête. Je suis plus sûre de moi et je remarque qu’on me respecte bien plus. Je m’impose, en douceur. On m’accepte.

Mon nombril a migré. Il est juste au bon endroit.

Devenir mère…

DSC_0085 (1)

… et se réconcilier avec soi

… et finir rarement la journée sans trace de purée, morve ou bave sur ses vêtements

… et porter sur son corps les traces de son passage

… et avoir le coeur qui explose mille fois par jour

… et se retenir de crier quand on s’enfonce un cube dans le pied en allant le voir dormir

… et enfouir son museau dans son cou pour oublier

… et se demander ce qu’on faisait, avant

… et avoir peur de la mort

… et retrouver une couche au fond de son sac en sortant son portefeuille

… et le regarder être père

… et avoir l’impression d’un saut dans le vide

… et se retenir de rire quand il fait bllllbllllbllll avec application

… et faire ce qu’on peut

… et s’entendre dire “non on ne mange pas le balai”

… et apprendre à se faire confiance

… et chanter en boucle “les petites marionnettes” pour qu’il accepte de manger

… et se dire qu’on ne peut pas ne pas recommencer (un jour)

… et ne plus quitter ses cernes

… et prendre le temps de

… et ne pas se résumer qu’à ça.