Cette envie de connaître nos autres enfants

DSC_0461Il y a quelques jours j’ai rangé les bodys taille préma, les pyjamas taille naissance et les barboteuses en 1 mois dans un grand carton… et je me suis demandée si l’envie du nouvel enfant me passerait un jour.

Il y a quelques semaines, j’écarquillais grand les yeux en comptant le nombre de mois (20) qui sépareraient les 2 enfants de ma cousine. Ayant eu nos enfants la même année, je me suis aisément projetée et un vent de panique m’a envahi. Je sais que mon accouchement non cicatrisé y est pour beaucoup, je sais que les premiers mois éprouvants (par le grand chamboulement du nouveau né ajouté au combo rgo/allergies) nous ont marqué, mais même dans ce vent de panique je savais que nous aurions d’autres enfants.

Voir pousser le Poc est une des choses les plus banales mais aussi une des plus belles choses que nous vivons. C’est éprouvant, c’est épuisant, cela demande de s’adapter à chaque instant, de ne jamais rester sur des acquis… mais c’est aussi une immense source de joie, de rire, d’attendrissement quotidien et de coeur qui explose. Fort. On a très vite deviné son caractère déterminé, on a très vite su qu’il nous surprendrait toujours, qu’il serait là où on ne l’attendrait pas. Ce petit bonhomme là, c’est vraiment ma bouffée d’oxygène dans ce quotidien un peu trop difficile parfois.

Alors oui, je veux (nous voulons) d’autres enfants. Les découvrir. Apprendre à les connaître et les regarder grandir, s’épanouir, s’opposer, dans leur singularité. Je sais qu’il y aura assez de place pour eux dans nos vies, dans nos coeurs et dans celui du Poc. Avoir un enfant peut passer pour un choix égoïste, c’est certain. Mais le jour où on sera prêts, c’est aussi un cadeau immense qu’on fera à notre minuscule, celui de n’être plus seul face à nous, avec son frère, sa soeur.