Ta fille en rose, mon fils en bleu.

20140510_120902

Elle poste une photo de son fils qui joue à la poupée, qui passe l’aspirateur, qui se déguise en fée. Elle décrit sa fille qui adore jouer aux voitures, a eu un circuit pour noël ou veut se déguiser en pompier et parait tellement fière d’avoir échappé à Hello Kitty (ce suppôt de satan) (toute ressemblance avec des personnes existantes ne serait que pure coïncidence). On a l’impression qu’elles le portent en étendard, fières de ne pas mettre leur enfant dans les cases du genre. Si elles ont un garçon, il n’aura pas de petites voitures. Si c’est une fille, pas de rose dans sa garde robe. Elles s’interdisent les “codes” garçon/fille de peur d’enfermer leur enfant dedans.

Elle dit que les dinettes, c’est pour les filles. Sa fille est habillée entièrement en rose, son fils arbore des tee-shirt “fort comme papa” et elle en est fière. Il joue à des jeux de garçon, elle ne lui mettra jamais de vernis, même s’il en a envie, car c’est pour les filles. Elle dit que sa fille est garçon manqué car elle joue au foot. Si son fils pleure, il lui dit “ne fais pas la fillette”.

D’un extrême à un autre, est ce qu’on ne pourrait pas voir toutes les nuances? Est ce qu’en voulant trop combattre le gender on ne tombe pas dans l’excès inverse? On vit dans une société profondément sexiste mais il y a mille façons de changer les choses, à son échelle.

Je le vois sur Twitter. On est obligées de se justifier là-dessus, très souvent. Alors je pose la question. Est ce qu’on est moins féministe parce qu’on aime voir son fils porter du bleu, un baggy, ou jouer aux voitures? Est ce qu’on est moins féministe parce qu’on adore le liberty et les paillettes sur les ongles de sa fille?

Et si on respectait juste nos enfants, sans se prendre la tête sur ce que la société pense ou dit? Si on leur donnait juste confiance en eux, en leurs capacités, indépendamment de leur sexe ou de la façon dont on les habille? Si on était juste à leur écoute, tout simplement? A l’écoute de leurs goûts, qui sont, on ne peut pas s’en cacher, façonnés par une société sexiste… tout en ouvrant le champ des possibles?

Je n’ai pas besoin de mettre du rose à mon fils pour savoir que s’il veut être danseur je l’encouragerai dans son choix. Et que s’il veut être bodybuilder, je l’encouragerai aussi. Je me fiche des remarques que mon beau-père m’adresse quand il voit que son petit-fils a une poupée noire habillée en rose. Je lui répond juste que oui, il aime jouer au papa et que les autres poupées étaient moches. Ce qui est, en fait, la réalité.

Je ne porte rien en étendard. Je ne revendique rien.

Enfin si,

Le respect.

Et puis de toute façon, le rose, ça lui donne mauvaise mine.

 

Advertisements

66 thoughts on “Ta fille en rose, mon fils en bleu.

  1. “Ouvrir le champ des possible”, c’est bien mon leitmotiv en ce qui concerne l’éducation de ma fille. Seulement, sans être vindicatif, cela requiert une vigilance de chaque instant : tout est fait pour segmenter les envies des filles de celles des garçons, en particulier en ce qui concerne les jeux et ceci dès le plus jeune âge. C’est un des mécanismes de notre société de consommation qu’il me semble nécessaire de dénoncer. Il existe des petites voitures pour les filles : roses avec des yeux de biches ! Ne peuvent-elles pas jouer avec les voitures bleues et jaunes standards qui sont proposées aux petits garçons ??? Ou bien est-ce un moyen détourné de nous faire acheter 2 packs de voitures au lieu d’un ?
    Il y aurait tant à dire ! Merci pour ce billet.

    • Je suis bien d’accord avec toi!
      Et oui, cette vigilance est importante, je ne dis pas le contraire. Dans tout ce que propose la société de consommation on peut largement choisir (ou laisser choisir) à notre enfant ce qui lui plait au final!

  2. Ton article dit ce que je pense souvent tout bas en voyant des tas de personnes se révolter sur Twitter et autres réseaux : pourquoi devoir toujours se justifier, qu’on s’en tienne aux stéréotypes ou non ? Pour moi chaque personne est libre de penser et faire comme elle le souhaite, il n’y a rien à expliquer. 🙂 Les deux choix (suivre une mode sexiste ou non) se valent, du moment que l’enfant n’en souffre pas. Il n’y a rien d’autre à dire.

  3. parfait !
    BébéGriotte petit gars de 4 mois joue pour le moment avec des voitures en mousse et avec son bébé corolle en tissus pas de difference !
    papa était pas tres pour lui acheter un bébé en tissus … moi oui on a tester et laissé le choix a bébé et il adore son bébé tissus !

  4. Je ne vois pas en quoi faire remarquer qu’une sélection d’articles estampillés “pour petits mecs” pourraient tout aussi bien aller à des petites filles est un manque de respect (vis à vis des enfants, vis à vis des mamans).
    J’ai fait exactement la même remarque à un site qui twittait la photo d’une petite cuisine DIY en annonçant “parfait pour nos petites princesses”. Et les petits princes, ils cuisinent pas?
    Est-ce vraiment irrespectueux de faire remarquer que l’on oublie la moitié des enfants sans raison?

  5. Un article qui fait du bien ! Arrêtons de prendre les enfants pour des pantins maléables à qui on peut / veut imposer une pensée, alors qu’ils suffisamment intelligents pour faire leurs propres choix même tous-petits !

    • Exactement!
      Je suis d’ailleurs étonnée de voir qu’à 14 mois mon fils a des goûts très arrêtés. Il attrape toujours le morse ou la vache de ses magnets, il prend toujours le toucan de son puzzle, est amoureux de son livre hiboux… ça m’encourage à le laisser choisir ses jeux et livres dorénavant!

  6. Franchement, je m’en moque pas mal des histoires de gender. Je sais qui je suis et je sais que mes filles sont… Des filles! Je ne force en rien leurs jeux. Force est de constater que oui j’aime les habiller en rose, en robe, comme je peux aimer les mettre en gris ou en bleu. Ma grande aime la dinette et les poupées corolle. Mais en quoi ces jeux sont ils des jeux de filles? Les garçons modernes font la cuisine et deviendront aussi papas! Respectons les choix de nos enfants et aidons les dans la construction de leur identité plutôt que de vouloir une utopique neutralité!

  7. Rho mon fils porte de toutes les couleurs, même du rose, joue au foot, adore lire , j’habille en rose car je joue à la poupée (je n’y jouais pas enfant) mais son père pense qu’elle sera boxeuse 😉 je ne réflechis pas, je n’analyse pas, on essaie juste d’être heureux et d’avoir des enfants bien dans leurs pompes.
    Mon mari est un ours qui cuisine tout en réparant tout dans la maison, on mélange tout et on s’en fiche!

  8. A y réfléchir je crois que je reproduis l’éducation de ma mère : les jouets à disposition et l’enfant joue avec ce dont il a envie, peu importe son sexe. Deux trucs bannis parce que non, vraiment, on peut pas : les Barbies et toute chose pouvant s’apparenter à une arme (le petit copain de 7 ans de la Miss pendant les vacances jouait avec un pistolet à billes chargé j’ai failli avoir une crise cardiaque!) (et oui je suis au courant qu’il y a d’autres poupées offrant des stéréotypes sur un plateau mais comme ça a pas l’air de la brancher, je fais l’autruche^^).
    Ce qui me met en colère c’est de devoir lui expliquer que non, il n’y a pas que les petits garçons qui peuvent aimer spiderman… et autres choses du même acabit.
    Bisous toi.

    • Pour les armes je te rejoins… d’ailleurs pour vous c’est toutes les armes ou juste les pistolets? (je pense aux épées de chevalier par ex)
      Tu as creusé avec elle pour savoir pourquoi elle pense ça pour spiderman et cie? Ca vient de l’école?
      Bisous (miss you ma souris)

      • A la base c’était surtout le pistolet mais en fait je me rends compte que même l’épée de chevalier ça me rebute! Donc non…
        A l’usage, vu notre discours et notre façon de faire, elle ne comprend pas la violence des autres enfants et adultes et maintenant elle l’exprime très bien. Elle dit à l’enfant par exemple que ça lui fait mal et lui demande d’arrêter puis s’il ne cesse pas elle demande à un adulte d’intervenir. Mais reste perplexe… et à part lui expliquer que c’est une façon de “s’exprimer” je ne vois pas comment faire?
        Spiderman c’était les petits garçons de l’école qui lui avaient raconté ça : elle pensait donc qu’elle n’avait pas le droit d’avoir une couverture comme ça pour faire la sieste à l’école… l’entrée en petite section a fait apparaître tout un tas de stéréotypes c’était incroyable à observer! Depuis l’année dernière et l’école montessori c’est bien moins marqué ouf.
        Bisous toi aussi (gmail chérie)

      • Merci pour ta réponse!
        Effectivement, l’épée de chevalier est une question que je me pose aussi… il est encore petit. Je crois que je verrai quand la question se posera.

        C’est chouette que ce soit moins marqué à l’école montessori. Question de pédagogie ou tu penses que c’est en rapport avec les familles qui y vont?
        bisous!

  9. Bravo pour cet article très intelligent ! Contente de voir qu’il reste encore des personnes comme toi en France. Je commençais à ne plus reconnaître mon pays. Il ya tellement changé depuis que j’en suis partie…

  10. moi j’aime bien voir ma 3 ans jouer avec le tyrannosaure de son grand frère, qui peut tout aussi bien attaquer la ville de playmobil à grand renfort de “rhhhh” menaçant ou être tendrement bercé dans une couverture..

  11. Juste ne pas fermer les portes, juste ‘ouvrir les possibles’ comme le dit justement @laMamansurleGateau, réfléchir à ses propres choix (quand on peut), faire du mieux que l’on peut là où on est… ❤

    • Par contre, je trouve que ça ne s’arrête pas aux jeux, mais à toutes les activités. Jouer dehors plutôt qu’à la maison, ça aide à la spacialisation, fille ou garçon confondus… Ou, je ne sais plus où j’avais lu/entendu, une maman qui faisait attention à ça et qui avait remarqué que ses fils avaient fait de la moto avec leur père très jeune et que leur fille n’en avait jamais fait. Juste un tilt. Ouvrir les possibles, parfois juste regarder ce qui est possible, permettre à chaque enfant de pouvoir tester ce qui pourrait faire ’tilt’ chez lui, comme apprentissage, comme talent… Des bises !

      • exactement… mais pour ça, on peut aussi, malheureusement, se heurter à la barrière du temps et des disponibilités. Le fait est que quand son enfant est gardé 5 jrs par semaine pendant qu’on travaille, il ne reste que le w-end et on est souvent tous pris par le quotidien : courses, ménage ect ect. Le temps de réelle expérimentation est réduit. Il est réduit aussi par les infrastructures qu’on a à disposition.
        C’est bête mais je suis contente qu’il aille à la crèche car justement là-bas il a bien plus de jeux et d’activités proposées qu’à la maison. Il a une autre “vie”, d’autres découvertes, d’autres interactions, propositions.
        Ici il n’y a pas de parc avec des jeux pour les moins de 2 ans. Ni de balançoire, ni de toboggan, ni même de bac à sable.
        Tout ça pour en revenir toujours à la même chose : on fait ce qu’on peut. Et c’est déjà pas mal!

      • Totalement d’accord : faire ce que l’on peut, là où on est. C’est pareil pour la bouffe, les activités… Et de toutes façons, je crois qu’en avoir conscience, c’est déjà un super pas, ça aide à se ‘dépasser’… quand on peut 🙂

  12. La messe est dite 🙂
    je suis 200% d’accord avec toi,
    mon fils jouera avec ce qui lui plaît. S’il n’aime que les petites voitures, les légos et les mécanos … so what?
    merci pour cet article

  13. Tu as simplement mis les mots sur ce que je pense. 🙂
    Un enfant (qu’il soit garçon ou fille) peut porter du rose ou du bleu, peut jouer aux petites voitures et aux poupées. Peu importe en fait, pourvu qu’il ait le sourire, qu’il soit heureux.

  14. “Elles s’interdisent les “codes” garçon/fille de peur d’enfermer leur enfant dedans.”

    Oui tout à fait moi.
    Il reste tant à faire pour que l’égalité soit atteinte qu’il vaut mieux commencer tôt. Mon fils depuis qu’il est scolarisé m’en sors des conneries sexistes (et macho la plupart du temps). Oui je préfère qu’au parc les autres aient un doute sur le genre de mon enfant, cela lui donne plus de liberté.
    J’ai subi et je subis tous les jours du sexisme, c’est quelque chose d’important pour moi de lutter.

    Après je ne fais pas de remarques aux autres parents. Même ceux qui offrent du rose et des coeurs à leur fille et des mécano à leurs garçons et me disent “c’est un vrai petit mec/c’est est déjà une princesse”.

    • Et c’est ce que j’apprécie chez toi. Tu as tes idées, je les comprends même si je ne les partage pas, mais tu respectes l’espace de liberté des autres et leurs envies / manières de faire. Merci.

      • Mais heu, PetitBruit, vous les gens qui faîtes comme tout le monde/ comme la société veut/ comme le sexisme veut, etc, vous vous sentez vraiment genre oppressés par l’étroite minorité de gens qui défient l’ordre établi? Ca vous pèsent, vous vous sentez restreints par cette petite poignée de gens dans vos libertés?

      • Non, absolument pas! Je fais comme tout le monde, oui, comme je peux, comme je veux.
        Si je me sens oppressée c’est seulement par les remarques incessantes. Rien de plus. Chacun fait bien comme il l’entend!

  15. Je rejoins tout à fait ta pensée, tu as raison sur toute la ligne.
    Dans la même veine, je te conseille l’article de Sophie Guiron, du blog “Tout à l’égo”, tu t’y retrouveras surement 🙂
    Bises, Eli

  16. Voilà, tout est dit 🙂
    Nous ne cherchons à orienter le choix de nos enfants, si le grand veut un agenda “sportif”, on le laisse prendre, si le petit veut une cuisinière pour son Noël, il en a tout à fait le droit ! Et pour ces deux exemples, ils ont eu ce qu’ils voulaient.
    Dans les habits de garçons, je trouve qu’il n’y a pas autant de choix que dans les rayons filles, les miens ont beaucoup de bleus dans leur garde-robe, c’est ainsi. C’est ce qu’on trouve le plus en magasin. Le turquoise leur va super bien !

      • Je parle pour moi mais sauf pour les soldes où il y a moins de choix, je ne vais aussi que vers les rayons garçon par flemme et découragement, parce que 99% des fringues du rayon fille ont des petits noeuds ou des froufrou ou des paillettes et… non, j’aime pas.
        Bon, la plupart de ses fringues viennent de vide-greniers ms là aussi, je ne vais pas vers les stands remplis de rose et de violet parce que je sais que je vais passer plein de temps à fouiller pour ne rien trouver. Et je ne vais pas non plus vers les stands de fringues genre années 80 pour les mêmes raisons.
        Et malgré tout ça, ben il a des fringues “de fille” quand même dans sa garde robe, parce que j’adore les sarouels et que là aussi quelqu’un a décidé que ce serait souvent au rayon fille… va comprendre.
        Kiabi a d’ailleurs changé la présentation de sa page internet et ne catégorise plus les fringues bébé selon le sexe de l’enfant, ça devrait te plaire 😉

      • Merci de ta réponse.
        Pour le coup, je choisis selon les couleurs et les motifs parfois (vélo). Et je regrette que les habits filles soient colorés avec juste un petit noeud. Je mets parfois des tee shirt avec des diamants à mon fils ou petit noeud. Au pire tu peux souvent découdre le noeud.
        Après je prends souvent chez Kiabi ou Z pour les couleurs. Et Monoprix pour la qualité.

  17. Pingback: Féministe, c’est pire quand on est mère ? | Chez Mère Geek

  18. Hier c’était l’anniversaire de mon fils.
    2 ans. Nous sommes allés à la grande récré, je voulais lui acheter un cadeau… il a craqué et plus lâché une poussette… Ba on est reparti avec une poussette il était trop fier de se balader avec !
    Les gens voient le mal partout….
    Il a une poupée, une cuisinière, des voitures, des bolides qui font du bruit, adoreeeeeee faire broum aux trains avions voitures motos camions mais passe du temps aussi a balader le balai dans maison…
    Y a tant à dire, que ca ne serait que des justifications sur la place de la femme et de l’homme dans la société qui certes à évoluer mais pas sur tout…

  19. Personnellement je me considère comme féministe. Voire féministe extrêmiste: moi aussi je souffre beaucoup du sexisme dans mon travail d’homme, surtout depuis que je suis maman, et surtout en ayant des goûts traditionnellement de garçon – les couleurs vives, les maths, les sciences, l’aventure, le bricolage – et un dégoût (dans le sens une absence de goût) pour ce qui est traditionnellement féminin – la mode, le rose, s’occuper des enfants (bon les miens je dois bien faire une exception hein), de la maison, les activités d’intérieur comme le tricot, le maquillage, les ongles…

    Pour moi il est important de faire la publicité de cette contre-culture (un peu comme il est important de faire la publicité de l’allaitement dans un monde où seul le LA en bénéficie).

    Mais en terme de mode, je trouve par contre qu’on peut difficilement se démarquer complètement du clivage garçon / fille, sinon on risque d’ostraciser ses enfants. Par exemple, aller dans le rayon fille pour habiller un garçon est compliqué, il y aura toujours des froufrous, des fronces, même si les couleurs sont neutres a priori. Et encore, nous avons des garçons, je trouve qu’il est plus facile d’élever un garçon parce que, que ce soit les fringues ou les jouets, ce qu’on trouve est plus neutre et moins “limitant”. Refuser de mettre des touches girlies à une fille qui forcément en aura envie, c’est aussi dommage (même si c’est vraiment pas mes goûts). Je ne m’habille pas pareil que mon mari après tout.

    A partir de là, critiquer des parents qui habillent leur princesse en rose ou leur garçon en Spitermal, ça me parait un peu intolérant, bien sûr. Là-dessus je te rejoins complètement.

    Par contre il y a quand même une chose qui me dérange beaucoup dans cet article, c’est de dire qu’être féministe extrêmiste (dans le sens porter l’étendard de la neutralité) ça veut dire par exemple refuser à un petit garçon de jouer aux voitures. Ça, j’en connais zéro exemple. J’ai vu des mères montrer leur petit gars passer l’aspi, mais pour moi le message c’est: quand un enfant est protégé du contionnement, un garçon peut CHOISIR de passer l’aspi. Ça n’empêche en aucun cas que plus tard il va aller faire un embouteillage géant avec ses engins de chantier.

    En fait, je suis évidemment de parti pris, mais j’ai l’impression de voir tous les jours des parents qui redirigent un garçon qui va choisir un truc rose ou un poupon ou une fille qui va choisir une voiture ou un monstre transformer (à la bibli, au magasin de jouets). En revanche je vois beaucoup plus rarement des parents rediriger une fille qui choisit une dinette (ça arrive pour les jeux super moches comme les espèces de barbies gothiques ou le vernis / maquillage qui sont quand même une hypersexualisation des petites filles de mon point de vue). Et je n’ai JAMAIS vu des parents rediriger un garçon qui choisit une voiture ou un jeu de garçon (sauf une arme, effectivement, mais c’est pas une question de genre). Et sur ce point je pense qu’il faut faire très attention, faire passer les féministes pour des épouvantails, c’est ce que font ceux qui parlent de théorie du genre: PRENEZ GARDE les féministes vont élever les garçons comme des filles et les filles comme des garçons. C’est totalement faux.

    • Effectivement, je comprends ce que tu veux dire sur le “faire passer les féministes pour des épouvantails” et ce n’est absolument pas le message que je veux faire passer… C’était certes maladroit mais en aucun cas je ne voulais que cela puisse être relié à la manif pour tous, bien au contraire. (même si tu le sais, me connaissant. Mais je préfère le dire.)
      Je te rejoins sur le besoin de publicité, sur le besoin de faire évoluer les mentalités même… là où ça me gonfle, mais alors d’une force… c’est que dès que tu dis que tu as envie de liberty et de paillettes pour ta fille, mais pas pour ton fils on te tombe dessus en 2sec et demi et t’es obligé de te justifier pendant 150 ans sur le fait que t’enfermes pas pour autant ton enfant dans des stéréotypes. Et ça, en ce moment, il n’y a que sur ce sujet là que je le vois.
      C’était certes maladroit et un brin provocateur (j’étais énervée) mais en aucun cas je ne voulais dire autre chose que “foutez nous la paix bordel on fait TOUS (y compris les caricatures que je prends en ex) ce qu’on veut/peut”. ( et je me serais économisé plein de caractères… la prochaine fois j’y réfléchirai).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s