DSC_03582

“Mais pourquoi au juste bénéficiez vous des contrats aidés?”. Le regard est suspicieux, je sens le malaise qui emplit la toute petite pièce. Je joue carte sur table. Je dis les mots qui font peur : “travailleur handicapé”. Je parle de mes contraintes, physiques, qui ne sont pas incompatibles avec le poste. Et ce faisant, j’ai l’impression d’être nue face à eux, de devoir tout justifier, de prendre des coups.

Les trous dans mon CV, les ruptures de contrat. Tout devient suspect. Ils n’ont pas le droit de demander mais je ne peux pas ne pas répondre. La nature du handicap, et, d’ailleurs, est ce que je suis suivie? est ce que ça va évoluer?

Leurs questions sont illégales, mais elles n’en sont pas moins légitimes.

Je sais que l’autre candidat, celui avec lequel ils hésitent, devra parler à nouveau de ses compétences, de son parcours. Il se projettera, leur expliquera… là où moi j’ai dû rassurer.

Une femme, un enfant en bas âge, un handicap.

Advertisements

3 thoughts on “

  1. Il y a encore de la route vers la vraie égalité, mais en baissons pas les bras parec que “à la fin c’est nous qu’on va gagner” !!! Et tu n’oublies pas de nous dire, n’est-ce pas ? On croise els doigts !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s