Mr Autonomie et la diversification

2

S’il y a bien une chose que je sais en terme d’alimentation des bébés, c’est que je ne sais pas grand chose. La seule chose dont j’étais convaincue c’était de vouloir attendre que le Poc montre un intérêt pour la nourriture pour commencer la diversification. On a toujours pris nos repas tous les 3 lorsque notre minus était réveillé, nous à table et lui dans sa chaise haute avec nous mais on voyait bien que ça ne l’intéressait pas. Ce déclic, il l’a eu à 6 mois et quelques. D’un coup il suivait du regard le trajet de la nourriture vers notre bouche, regardait attentivement nos assiettes, tendait le bras… Mais voilà, entre temps les allergies s’étaient invitées dans notre quotidien et on ne savait pas vraiment comment faire.

On a tout d’abord essayé, sur conseil du médecin, les purées / compotes classiques, à raison d’un fruit ou d’un légume par semaine, histoire de repérer le fautif s’il y avait réaction. Je dois admettre que ça a été la cata. Le Poc voulait prendre la cuillère, la mettait à sa bouche et grimaçait, recrachait et … vomissait ensuite. J’ai essayé les compotes maison, les compotes du commerce… rien à faire!

Et puis il y a eu ce soir là chez nos amis, où j’ai tendu un bâtonnet de carotte à notre petit bonhomme et qu’il l’a mis à la bouche avec joie. J’avais bien entendu parler de la diversification menée par l’enfant (DME) et au départ je voulais partir sur ça, mais mon amoureux était totalement réfractaire à l’idée de lui faire manger des morceaux, avait peur qu’il s’étouffe… et puis la DME ce n’est pas seulement faire manger des morceaux à son enfant, c’est lui proposer la même chose que nous, lui faire confiance sur les quantités, ses sensations de satiété et de faim. Et tout cela me semblait bien incompatible avec ses allergies.

On en a parlé avec ma sage femme qui m’a dit de foncer, on s’est renseignés, et puis… on a décidé de lui faire confiance sur la gestion des morceaux (en se préparant à bondir au moindre toussotement). On a pu le faire car il avait déjà des dents, tenait assis et bien évidemment on reste toujours à côté au cas où… (je ne sais plus où je l’ai lu mais on me dit dans l’oreillette qu’il n’y a pas forcément besoin de dents pour la DME)

DSC_0889 (1)

On a commencé par des légumes qu’il tolérait bien via mon lait, on n’a pas pris de risque, mais dès la première assiette, on a vite vu un bonhomme hyper emballé par la nourriture, qui portait les morceaux à sa bouche avec plaisir, se concentrait pour faire sa propre purée avec sa main, mâchait, rigolait… c’était parti! Il voulait faire comme nous, manger seul! Petit à petit on lui a fait découvrir de nouveaux légumes, les fruits (il a mangé ses premiers morceaux de pomme venant de nos assiettes de crumble, avant ça il refusait catégoriquement…), et aujourd’hui je n’ai plus peur de lui faire découvrir des goûts nouveaux. Il mange avec ses mains, découvre des textures, des odeurs, des goûts et développe tout un tas de stratégies pour arriver à ses fins : il ne mange pas le potiron de la même façon que la pomme, les haricots verts ou les galettes de riz et c’est franchement génial à observer. Les morceaux trop gros sont recrachés (merci le réflexe vomitif très en avant dans la bouche des bébés), il mâche le reste et tout se passe bien.

Il a passé quelques jours à découvrir la nourriture plus qu’il ne mangeait et le sol était jonché de morceaux écrasés et puis, de la même façon qu’il a eu un déclic pour la nourriture, il s’est mis à manger véritablement. Aujourd’hui il mange de bonnes quantités et le sol est presque immaculé : il développe son adresse, sa précision, c’est impressionnant. On mange désormais tous les 3 (ou tous les 2 en semaine), les repas se passent super bien, pas de cuillère à donner, on est à égalité devant nos assiettes… ou presque, car là où on diffère de la DME c’est qu’il ne mange que des légumes, et pas toujours les mêmes que nous, allergies et frilosité parentale obligent.

Je dois quand même vous avouer un truc : la diversification menée par l’enfant c’est génial, mais ça demande aussi de la préparation, du temps en cuisine… et ça, la feignasse qui sommeille (pas très loin) en moi aimait un peu moins. Les jours un peu speed ou si sa sieste tombe pendant le repas, on a vite fait de zapper. J’étais donc assez frustrée de ne pas pouvoir lui donner de petits pots “comme tout le monde”. Et ça, je vous en parle demain…

Advertisements

8 thoughts on “Mr Autonomie et la diversification

  1. Pingback: Hipp hipp hipp (Hourra) | What your silence said

  2. Pingback: Si nous vivions en 1913: La diversification | Les Vendredis Intellos

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s