Si on parlait… du don de lait?

DSC_0770

Durant ma grossesse, la question ne s’est même pas posée : j’allaiterais le Poc, c’était une évidence. Et une autre évidence s’est vite imposée à moi : je voulais, si possible, donner mon lait. Pourquoi? parce que cela me semblait naturel.

Alors que mon minuscule avait tout juste 3 semaines, la collectrice est venue nous voir pour m’apporter le matériel nécessaire et répondre à mes questions. Je déplore un peu le fait que personne ne soit passé à la maternité pour m’informer sur le don de lait comme cela peut se faire ailleurs… c’est ce qui me pousse aujourd’hui à en parler ici.

Le lait maternel est l’aliment le plus approprié (et le seul) pour les grands prématurés et pour certains enfants atteints de pathologies particulières. Aujourd’hui il y a pénurie de lait dans la plupart des lactariums, la collectrice m’expliquait qu’ils ne peuvent pas fournir de lait pour tout le monde faute de donneuses. Quand on sait que certains grands prématurés ont besoin de seulement 1ml pour se nourrir, grandir et se développer, cela donne à réfléchir sur l’importance des dons.

Concrètement, ça se passe comment?

Le lactarium fournit tout le matériel nécessaire : biberons, pastilles de stérilisation, étiquettes pour la traçabilité, tire-lait manuel (une simple poire), un médecin remplit un certificat médical et une prise de sang est à faire tous les 3 mois.

Du côté du donneur, des règles strictes d’hygiène sont à respecter : stérilisation de tout le matériel (tire-lait et biberons de recueil) (en vrai, on nettoie puis on fait tremper dans un bac avec pastille de stérilisation), on stocke le lait au frigo maximum 48h puis on congèle le tout. La collectrice passe toutes les semaines récupérer les dons, le lait est ensuite analysé puis mélangé à celui des autres donneuses pour être acheminé en lots vers les hôpitaux et les services de néonatalogie.

Et moi, dans tout ça?

J’ai donné mon lait pendant 3 mois. Je donnais le surplus, j’ai rarement tiré mon lait exprès : fatigue, bébé koala… je savourais la moindre minute de libre. Nos semaines ont été rythmés par les passages de la collectrice et j’ai aussi aimé ces moments de partage autour de l’allaitement et de la maternité. J’ai donné un peu plus de 13l et j’ai arrêté à contre-coeur, seulement parce que je ne parvenais plus à tirer mon lait. Cela ne m’a jamais semblé lourd ou contraignant, je ne me suis jamais sentie obligée de le faire, j’avais du lait en trop, l’allaitement se passait bien, il était naturel que cela puisse profiter à d’autres.

******************

Pour vous informer et trouver le lactarium le plus proche de chez vous : association des lactariums de France

Et si vous avez des questions, j’y répondrai avec plaisir en commentaire.

Advertisements

6 thoughts on “Si on parlait… du don de lait?

  1. Je pensais à toi à chaque prescription de lait maternel en néonat 🙂 Et le soulagement des mamans qui accouchaient à 28 semaines et à qui on disait qu’on allait donner du lait de mère à leur micro bébé, qu’on en avait en stock même si elles pas encore, ça fait réfléchir.

    • Je te l’ai déjà dit mais merci pour ce commentaire, merci! C’est important aussi de connaitre ce côté là du don. Savoir que derrière les flacons il y a aussi ces bébés, ces mamans que l’on aide…

  2. Je l’avais pas vu, ce billet …
    J’ai donné mon lait pour les 3 Grands Mecs, pareil, sans contraintes … J’en suis assez fière, faut dire 😉
    Un “petit” geste, mais tellement important pour les micro bébés, ou les bébés malades …

  3. J’avais pensé au don de lait durant ma seconde grossesse, même très sérieusement. Et finalement… J’avoue que je n’ai pas eu le courage. Ma grande Hobbit de deux ans n’étant pas encore totalement sevrée (il nous reste les tétées-câlins du matin, de la sieste et du coucher) j’ai eu peur de ne pas pouvoir assurer, tant au niveau de la fatigue que de la quantité. Le coallaitement est le meilleur remède contre les engorgements et autres seins douloureux, mais ça rend le tirage de lait difficile ! Je culpabilise encore un peu…

    • Il ne faut surtout pas culpabiliser! Le don de lait, c’est du bonus, c’est si on peut, c’est si on en a la possibilité. Ca ne doit pas être une contrainte et tes bébés passent avant! J’ai surtout fait ce billet pour informer, pas pour culpabiliser 😉

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s